Rendre la ville plus agréable grâce à l'intelligence artificielle !

Depuis le 19ème siècle, la propreté urbaine est une préoccupation importante pour les villes. Elle est devenue au fil du temps un véritable enjeu d’attractivité et de confort. Aujourd’hui, Qucit propose d’utiliser l’intelligence artificielle afin d’améliorer la propreté de nos villes, afin qu’elles puissent être belles et propres comme “un sou neuf” !

Au XIXème siècle, avec l’expansion des villes consécutive à la révolution industrielle, une problématique se fait toujours plus prégnante : la propreté. Il faut dire qu’à l’époque la situation est critique ! La pollution générée par les usines qui encerclent les agglomérations et la surpopulation naissante, font de la ville un lieu de plus en plus insalubre où se développent de nombreuses maladies.

 

Photo : Percée Haussmannienne, face à l’Opéra de Paris

Les problématiques de salubrité des villes ont certes toujours existé, mais c’est à cette époque que l’on agit le plus, avec différents courants hygiénistes qui s’emparent des grandes villes. Le cas le plus connu est certainement celui de Paris où le Baron Haussmann modernisa le réseau d’assainissement et lança de grands travaux qui auront permis d’aérer le tissu urbain.

 

Aujourd’hui, les mesures pour une meilleure propreté urbaine se multiplient, mais elles reflètent davantage les préoccupations liées au cadre de vie. Car oui, la propreté des villes est devenue aujourd’hui source d’attractivité, synonyme de confort et de lieux agréables. De ce fait, les initiatives portées par les municipalités se multiplient. La Ville de Paris a par exemple mis en place un outil numérique nommé “DansMaRue” permettant de signaler les anomalies en terme de propreté.

 

Mais la problématique reste de taille car nos espaces urbains sont vastes et denses, alors comment savoir où agir en priorité ? Intimement liée à la perception des habitants, la propreté en ville est une donnée subjective. Cela rend son analyse bien plus complexe. Prenons un exemple : une rue aux façades noircies aura beau être propre, sans déchet, elle pourrait être ressentie comme un espace insalubre, insécure, et donc pâtir de la perception négative des habitants qui la fréquentent.

 

Exemple de façades noircies

Percevoir le degré de propreté grâce à ComfortPredict

 

Et si l’on vous disait que demain nos villes deviendront plus confortables et que nous pourrions nous y sentir davantage en sécurité grâce à l’intelligence artificielle ? Certes, cela ressemble à un scénario de film de science-fiction et c’est pourtant ce que propose notre start-up Qucit ! Spécialisés dans les applications prédictives, nous avons d’abord traité la problématique de la mobilité urbaine, pour viser aujourd’hui une ambition plus large, celle d’améliorer le bien-être en ville pour les citadins. Alors comment cela se concrétise-t-il ?

 

En Juin 2017, Suez nous a missionné pour analyser la perception des habitants quant à la propreté urbaine. Nous avons donc mené une enquête de quelques jours, au mois de Juillet de la même année, en plein cœur de Bordeaux. Notre objectif était de récolter différentes informations afin de comprendre comment les usagers du quartier perçoivent leur environnement et ainsi déterminer différentes stratégies pour améliorer leur gestion de la propreté.

 

Six étudiants bordelais ont été recrutés pour mener l’enquête. L’exercice pour les passants était simple puisqu’ils devaient noter leur perception de l’espace selon différents critères subjectifs : le charme des lieux, l’état de propreté, le sentiment de sécurité, le stress éprouvé et enfin la beauté de l’espace. Ils nous ont également renseigné sur leur satisfaction quant aux aires de repos, poubelles disponibles et magasins du quartier. Enfin, il était possible pour eux de commenter les différents facteurs de confort, ou à contrario d’inconfort. Bien sûr, des informations utiles sur le profil des personnes interrogées ont permis d’analyser les résultats obtenus.

 

Cartographie des résultats ©Qucit

 

Notre outil combine à la fois les données relatives à la perception des personnes sondées (propreté, sécurité, stress, confort, beauté…) et des données contextuelles pour représenter la ville ou l’espace dans lequel se trouve les usagers au moment de leurs réponses.

 

Pour obtenir des résultats, nous utilisons une plate-forme prédictive. La technologie de machine learning (ou modèle d’apprentissage continu en français) utilisée permet d’expliquer objectivement les éléments du contexte impactant positivement ou négativement la perception d’un usager.

 

L’intelligence artificielle modélise l’impact de l’espace urbain sur les sentiments et les comportements humains. Pour être plus clair, il est possible à partir de quelques données d’enquête de prédire l’évolution temporelle des perceptions sur l’ensemble du quartier, grâce à différents algorithmes d’apprentissage automatique.

 

Pour le cas de Bordeaux, notre analyse a donc permis de mettre en évidence différentes tendances mettant en relief des changements de perception, notamment dû aux façades d’immeubles. Cette analyse fine a alors permis de proposer des solutions pour les espaces concernés, ComfortPredict ayant pour finalité d’améliorer l’expérience des usagers.

 

Cette étude n’a pas été la seule à être menée par notre équipe puisque Qucit a également expérimenté cet outil à Brooklyn, avec cette fois-ci une ONG chargée d’améliorer la qualité des espaces urbains et l’attractivité du quartier New-Yorkais.

 

On le voit donc, le combat pour des villes toujours plus propres ne cesse d’évoluer. L’intelligence artificielle s’avère aujourd’hui être un outil précis et complet, qui donne une image assez fine pour agir sur les détails qui font toute la différence. Elle fait entrer cet enjeu dans une nouvelle dimension, plus axée sur les perceptions et le bien-être des individus.

Share This
On recrute des profils passionnés et déterminés à rendre les villes plus durables ! Consultez nos offres d'emplois
Hello. Add your message here.